ort.asso.fr > Communication > Actualités Février 2014

Communication

Actualités Février 2014

Sommaire NEWSLETTER Février 2014

 

FEVRIER 2014

Editorial : Taxe d'apprentissage
ORT Mondiale : Un nouveau directeur général
Strasbourg : Mini entreprise pour la classe de seconde 
Lyon : Tournoi de gestion
Choisy : Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels
Toulouse : Salon INFOSUP

 

laïcité et identité

EDITORIAL

Président ORT France

Taxe d’apprentissage : Pourquoi nous nous mobilisons ?

Il n’est pas dans les habitudes de l’ORT de revendiquer ou de manifester. Apolitique, nous le sommes par respect de nos élèves, de nos étudiants, de leurs familles et de nos personnels, ainsi que par obligation de service public dans le cadre du contrat d’association.

Pourtant, aujourd’hui, nous sommes mobilisés pour éviter une atteinte majeure à nos moyens d’existence, et, au delà, permettre à nos établissements d’enseignement technique et professionnel, sous contrat avec l'État, de continuer à fournir une offre de formation de qualité, comme nous le faisons depuis près d’un siècle.
De quoi s’agit-il ? Pour aller au fait, le gouvernement souhaite faire voter un texte qui, malgré de bonnes intentions, remet en cause et le mode de collecte de la taxe d’apprentissage, et son montant final pour les établissements comme les nôtres. Sans entrer dans les détails techniques, rappelons que cette taxe, calculée sur la base de la masse salariale des entreprises, est collectée par des organismes habilités indépendants, comme l’ORT qui est en prise directe sur l’apprentissage et les enseignements technique, technologique et professionnel.
 
Un quart de notre budget menacé

Pour ORT-France, la collecte se traduit, après versement de l’impôt, par un apport de    10 millions d’euros par an, ce qui représente 25 % du budget de notre Institution. Un quart donc de nos ressources annuelles servent à développer nos enseignements, à innover, à donner à nos apprentis, élèves et étudiants les conditions optimales de la réussite !

Aujourd’hui, le gouvernement souhaite, d’une part, réduire fortement le nombre d’Organismes collecteurs de cette taxe, dans le souci explicite – et louable –  d’éliminer les petits collecteurs très "budgétivores "; d’autre part, augmenter la part de l’Etat sur le produit de cette collecte qui passerait de 42 % actuellement à 56 %. Destinée à abonder les ressources des Régions en charge de la Formation professionnelle et de l'apprentissage, ce transfert pourrait être le premier pas vers une disparition des Organismes collecteurs. Or ces derniers Groupements auxquels nous participons et qui sont depuis des décennies les interfaces entre enseignement technique, professions et entreprises, connaissent mieux que quiconque la réalité de nos besoins. Ils sont des partenaires et des interlocuteurs d’excellence des entreprises, pour l’utilisation de la quote-part de la taxe qu’elles nous affectent.

Peut-on gâcher cette expérience unique en matière de relations écoles-entreprises destinées à pourvoir à l’emploi de nos jeunes ? Allons-nous abandonner ce qui fonctionne et mettre en cause un système qui a fait ses preuves et qui a permis de former, pour le plus grand bien de nos entreprises, des centaines de milliers d’élèves et d’apprentis ?

C’est dans le souci de protéger nos intérêts éducatifs essentiels, que nous nous sommes unis à trois autres importants Collecteurs de la taxe dans le cadre de « l’Alliance Pour l’Enseignement Professionnel des Jeunes ». A nous quatre, nous représentons 20 % de la collecte nationale, auprès de 160 000 entreprises  et contribuons à la formation de 250 000 jeunes par an.

En définitive, porter atteinte à nos ressources, c’est menacer à terme l’existence de notre Institution et le bel outil qu’elle procure en faveur de notre jeunesse.
 

Lucien Kalfon
Président d'ORT France

 

 

ORT Mondiale Nouveau directeur Shmuel Sisso

ORT Mondiale : Un nouveau Directeur général

Succédant à Robert Singer, Shmuel Sisso a pris ses fonctions de directeur général d'ORT-Mondiale, basée à Londres, fin 2013.

Né au Maroc, S. Sisso a été Maire de Kiryat Yam, au nord d'Israël, pendant 10 ans. Auparavant il avait exercé les fonctions de Consul général d'Israël à New York. Avocat de formation, il a dirigé son propre cabinet en Israël après avoir exercé aux Etats-Unis.

Parallèlement à ses activités professionnelles, S. Sisso a été Président de Ha'Igud Society pour le transfert de technologies vers les pays en développement, et vice-président du Congrès Mondiale Séfarade. Il est également juge auprès de la Cour Suprême du Mouvement sioniste mondiale et membre du Conseil d'administration de l'Association pour l'avancement de l'éducation post-élémentaire.

Il connait bien l'ORT, puisqu'avec celle-ci il a créé, à Kyriat Yam, un campus d'un coût de plusieurs millions de dollars, où sont enseignés les sciences, la pédagogie, les humanités et le sport. En décembre dernier, une de ses premières visites ès qualité a été pour ORT-France où il a été accueilli par Lucien Kalfon et quelques administrateurs. Il a été reçu ensuite au lycée Daniel Mayer de Montreuil. Outre la direction de l'école, il a rencontré Marc Timsit, directeur général d'ORT-France, et Guy Séniak, représentant de l'ORT-Mondiale en France.

Prenant ses fonctions, il a déclaré : « J'ai une immense passion pour l'ORT-Mondiale  et ses réalisations. J'ai la conviction que je pourrai apporter une réelle contribution au devenir de cette Institution, en travaillant avec ses excellents professionnels et ses remarquables administrateurs bénévoles à travers le monde ».

 

ORT Strasbourg Mini entreprise pour la classe de seconde

Strasbourg : Mini entreprise pour la classe de Seconde

Les élèves de la classe de seconde GT2 de l'ORT Strasbourg ont créé une mini-entreprise avec le concours de leurs professeurs Gisèle Guillot, Corinne Haenel et de Jacques Zucker, Président des amis de l'ORT Strasbourg  et parrain de cette mini-entreprise. Ce projet est encadré par Mme Quentel de l'E.P.A (Entreprendre Pour Apprendre)

Le produit, créé pour cette mini entreprise est une housse de selle pour vélo.

Fabriqué par l'entreprise Vetis, entreprise d'insertion qui récupère des vêtements et les recycle, ce produit sera proposé au prix concurrentiel de 5€ et sa fabrication respecte les critères de développement durable.

L'objectif est bien entendu de vendre ce produit pour réaliser des bénéfices, mais surtout de montrer les différentes étapes de la création d'une mini-entreprise aux élèves de la classe qui ont tous adhéré au projet.

Discipline, initiative, autonomie, découverte du monde du travail, motivation, responsabilité et travail en équipe… constituent les enjeux pédagogiques du projet de mini entreprise.

Cliquez ici pour consulter l'article et les photos sur le site internet de l'ORT Strasbourg…

 

 

ORT Lyon tournoi de gestion

Lyon : Tournoi de gestion

Pour la 2ème année consécutive, le rectorat de l'Académie de Lyon en partenariat avec le Conseil Régional de l'Ordre des Experts Comptables, organise un concours de gestion à destination des étudiants en 3ème année de licence Diplôme de Comptabilité-Gestion

Une équipe de 5 étudiants représente l'ORT à ce Tournoi de Gestion cette année.

Le principe de ce concours est simple : des équipes d'étudiants de DCG mettent en pratique leurs connaissances en pilotant une entreprise virtuelle sur un marché concurrentiel.

Le lancement du concours aura lieu le 5 février 2014 au Lycée la Martinière Duchère et la finale, le 17 avril 2014 au siège de l'Ordre Régional des experts comptables.

 

ORT Choisy Ateliers Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels FFSPP

Choisy : Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels

L'une des 5 missions du Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels (FPSPP) est de contribuer au financement d'actions de formation professionnelle concourant à la qualification et à la requalification des salariés et demandeurs d'emploi (CSP, POE…).

En 2012, sur les 600 M€ dégagés par ce fonds, près de 320 M€ ont servi à financer les formations des demandeurs d'emploi, et ce par l'intermédiaire des Organismes Paritaires Collecteurs Agréés (OPCA).

Soucieux de la bonne utilisation des sommes redistribuées, le FPSPP audite les OPCA pour contrôler au plus près « le service rendu ». Nous avons donc eu le plaisir de revoir à Choisy, Madame Marie-Paule Bretzner de l'OPCA du bâtiment « Constructys ». Elle était accompagnée cette fois de deux auditrices du FPSPP. Elles ont visité le Centre et se sont entretenues avec les stagiaires qui dans le cadre de leur CSP (Contrat de Sécurisation Professionnelle suite à un licenciement économique), ont obtenu un financement de « Constructys ».

Résultats : « Des ateliers superbes ! » « Des stagiaires ravis qui l'ont exprimé haut et fort ! ». Elles sont reparties très satisfaites de ce qu'elles avaient vu et entendu.

Si le FPSPP veut être sûr de la bonne utilisation de ses millions d'euros, il pourrait nous les confier directement… les projets de développement ne manquent pas !

Stéphane Rossi

Source : rapport d'activité 2012 du FPSPP téléchargeable : http://www.fpspp.org/portail/resource/filecenter/document/042-000016-00r/comptes-fpspp-2012-rapports.pdf

 

 

ORT Toulouse Salon Infosup

Toulouse : Salon INFOSUP

Le Salon de l'Enseignement Supérieur le plus important du sud de la France a été organisé fin 2013 conjointement par l'Académie de Toulouse, la Région Midi-Pyrénées et l'ONISEP Midi-Pyrénées. Ce salon oriente et informe sur les études supérieures en présentant l'ensemble des formations post-bac proposées en Midi-Pyrénées et dans certaines autres régions.

Les objectifs du Salon :
- s'informer sur les filières d'études ;
- préciser son projet professionnel, ses études ;
- décider de son orientation ;
- connaitre les conditions de vie étudiante.

Notre école avec son Institut d'Enseignement Supérieur et ses cinq BTS, a tenu un stand. Nos enseignants et étudiants ont participé activement durant quatre jours à ce rendez-vous incontournable dans notre région. Les étudiants qui se sont intéressés à nos filières ont pu venir découvrir notre Ecole lors de la soirée d'informations qui a eu lieu fin janvier.

Drory Lévy